Actualités

Clim, pollution...nos yeux sont exposés

12/03/2017
Catégorie:
Santé
| Auteur : Guide de la Vue

Pollens, clim, pollution, lentilles de contact, traitements de pathologies oculaires (collyres, etc.)… la surface de l'œil est soumise à de nombreuses sollicitations.

Aujourd’hui en France, 1 consultation ophtalmologique sur 4 concerne la surface de l’œil : œil sec, allergies, pathologies infectieuses (conjonctivites virale, bactérienne). Sa fragilité est notamment due à son exposition directe avec l’extérieur : vent, pollution, particules physiques et chimiques... La surface oculaire est également un passage obligé pour des applications médicales telles que le port de lentilles de contact, l'instillation de la quasi-totalité des collyres qui traitent d’autres maladies des yeux comme le glaucome, la chirurgie réfractive (opération de la myopie…), etc.

L’œil sec : une véritable pathologie !

cornée oeil sclère La surface oculaire est constituée de la cornée, de la sclère (partie blanche de l’œil), des larmes, des paupières et de la conjonctive (tissu de recouvrement transparent).

La sècheresse oculaire est une maladie qui impacte fortement la qualité de vie des personnes concernées. D’une part, en raison d’une douleur continue et permanente, même si elle n’est pas intense ; d’autre part, parce que la qualité de vision est diminuée. Les situations qui accentuent le phénomène sont par exemple :

  • le travail prolongé sur écran qui oblige le sujet à une forte concentration, s’en suivent un rythme de clignements des paupières moins soutenu et un ralentissement du mécanisme des larmes ;
  • la climatisation.

Qui est concerné ?

yeux rouges pleurent piquentL’œil sec est une pathologie fréquente et concerne 20 à 30% de la population. Elle est en augmentation du fait du vieillissement de la population, des conditions de vie moderne et d’autres facteurs comme l’alimentation.
Le syndrome de l’œil sec augmente avec l’âge, touche plus les femmes que les hommes pour des raisons hormonales et dépend de nombreux facteurs : certains médicaments, tels les psychotropes, les anxiolytiques et les antihistaminiques peuvent en être la cause, tout comme certaines atteintes inflammatoires ou pathologies auto‐immunes… L’environnement est un facteur majeur.

Quels sont les symptômes ?

La sècheresse oculaire se traduit essentiellement par une gêne : picotements, impression de sable sous les paupières, pouvant aller jusqu’à une véritable douleur si la cornée est altérée.
Paradoxalement, elle peut se manifester par un larmoiement lorsque la quantité de larmes de base est insuffisante, ce qui déclenche une sécrétion lacrymale réflexe.

Quels sont les traitements ?

Non traitée, elle peut, dans les cas les plus extrêmes, aboutir à une perte importante de la vision.
Les larmes se composent de 3 couches principales :

  • la couche lipidique, au contact de l’extérieur
  • en dessous, la couche aqueuse
  • puis la couche mucinique, au contact de la cornée.

L’examen clinique s’attache à rechercher laquelle de ces 3 couches est atteinte, de façon à cibler le traitement sur le facteur manquant : lipide, eau ou mucus.

Les collyres essaient de mimer le plus possible le film lacrymal tout en étant le moins agressif possible. Aucun collyre substitutif ne peut être administré une fois pour toutes, et le plus souvent il s’agit d’un traitement de très longue durée, voire d’une vie, composé de plusieurs instillations journalières. Des progrès ont été faits en termes d’administration et d’effets secondaires mais le produit parfait n’existe pas encore….

Les conjonctivites allergiques : fruits du printemps… mais pas uniquement

La conjonctive est une muqueuse transparente qui tapisse la partie externe de l'œil et l'intérieur des paupières : elle joue un rôle de protection.

Les allergies sont très nombreuses et complexes. Il n’y a pas une allergie mais des allergies et des allergènes… qui touchent toutes les tranches d’âge et dont les symptômes peuvent être bénins ou graves.

conjonctive conjonctivite

Certains mécanismes allergiques sont bien compréhensibles. Ils peuvent être causés par des substances provenant de l’air, des mains, des produits de maquillage, des bijoux… Il peut s’agir d’allergies provoquées à la suite d’un contact direct ou non.
Certaines allergies sont saisonnières, notamment au printemps avec les pollens, mais d’autres sont présentes tout au long de l’année, comme avec les acariens.

Quelles sont les causes des conjonctivites allergiques ?

La cause sera souvent trouvée en coopération avec un allergologue et le traitement sera fonction de cette cause. Le meilleur traitement consistant en la suppression de l’agent allergène.

Il est important de savoir que plus on se protège des maladies infectieuses, plus on devient sensible. Il faut aussi noter que la pollution rend la muqueuse plus fragile et qu’un œil sec favorise l’allergie… Il sera donc d’autant plus important de le traiter.

Mais aussi… rappelons que la plupart des collyres transitent par la surface de l’œil, notamment ceux qui sont destinés à lutter contre des maladies des yeux comme le glaucome. C’est pourquoi il est très important de connaître la tolérance des traitements car ils peuvent retentir sur l’ensemble de la surface oculaire, soit par un phénomène allergique, soit par une atteinte toxique directe (conservateurs).
 

 A lire aussi : la conjonctivite allergique saisonnière

 

Source : DP SFO Société Française d’Ophtalmologie, janvier 2015, Pr Pierre‐Jean Pisella, Chef de service au CHU de Tours ; Pr Christophe Baudouin, Chef de service à l’Hôpital des Quinze‐Vingt de Paris ; Pr Thanh HOANG‐XUAN Hôpital Américain de Paris.
Avec tous les remerciements du Guide de la Vue
®.