Actualités

Recherche et rétinopathie diabétique

27/11/2016
Catégorie:
Santé
| Auteur : Guide de la Vue

La rétinopathie diabétique est une pathologie qui atteint la rétine de l’œil. Elle est due à une grave complication d'une maladie générale : le diabète. Plus de 3 millions de Français sont traités pour un diabète, soit 4,7% de la population, mais 1 personne sur 5* serait diabétique sans le savoir… L'OMS prévoit que d'ici 2030, 1 personne sur 15 sera touchée à l'échelle planétaire, soit presque 7% de personnes dans le monde. Cette inquiétante progression est alimentée par deux raisons principales : le vieillissement de la population dû à l’allongement de l’espérance de vie ; le déséquilibre alimentaire et le manque d’activités physiques régulières (obésité, surpoids). La rétinopathie diabétique est ainsi la première cause de malvoyance dans la population active. Parmi les patients diabétiques, près de 50% souffrent ou souffriront un jour de rétinopathie diabétique.

Les chercheurs de l’Institut de la Vision, centre de recherche européen basé à Paris, travaillent sur 4 projets visant à mieux comprendre la rétinopathie diabétique afin de développer les traitements du futur.

1 : protéger les neurones de la rétine en cas d’œdème maculaire diabétique

Il est possible d’éliminer les fluides accumulés dans la rétine lors d’un œdème par des injections intra-vitréennes (dans l’œil) de corticostéroïdes ou d’anti-VEGF. Il est important que ces traitements ne soient pas proposés trop tard au risque de dommages irréversibles pour les cellules rétiniennes.
L’objectif de l’Institut de la Vision est de découvrir un traitement capable de protéger les neurones de la rétine. En recréant in vitro les conditions d’un œdème maculaire, ils étudient son effet sur les différentes cellules de la rétine, ainsi que les mécanismes d’action des différents traitements.

diabète et yeux

 

Le saviez-vous ? Les conséquences irréversibles de la rétinopathie diabétique sur la vision peuvent être évitées par une prise en charge médicale précoce et un contrôle annuel chez votre ophtalmologiste dès lors que le diabète est diagnostiqué.

 

 

2 : comprendre le rôle de l’inflammation en cas de rétinopathie diabétique et d’œdème maculaire

Les changements vasculaires et la souffrance neuronale induits par la rétinopathie diabétique provoquent dès les phases précoces une activation du système immunitaire dans l’œil. Celle-ci pourrait participer à l’aggravation des symptômes visuels.
L’institut de la Vision a donc développé de nouveaux modèles expérimentaux qui permettent de mieux prendre en compte la composante inflammatoire de cette maladie.
A l’aide de ces modèles innovants, leurs recherches visent deux objectifs :
• Identifier précocement les patients ayant un risque de développer des formes sévères de rétinopathie diabétique. Ces patients pourraient alors renforcer leur surveillance ophtalmologique et modifier leurs habitudes à risques (tabagisme, hyperglycémie mal contrôlée, etc.). Le temps gagné sur la maladie permettrait également de proposer des traitements préventifs.
• Comprendre le rôle des cellules inflammatoires dans le déclenchement des formes tardives de la maladie pour développer de nouveaux traitements.

3 : démontrer l’effet protecteur d’un acide aminé pour la rétine

Il a été suggéré qu’une déficience en taurine, l’acide aminé le plus fréquent de la rétine, pouvait constituer un facteur de risque de développement d’une rétinopathie diabétique. L’institut de la Vision travaille donc sur l’atteinte toxique de la rétine due à la privation de taurine chez des animaux diabétiques et non diabétiques. Leur objectif est de démontrer un effet bénéfique de la supplémentation en taurine pour protéger la rétine.

4 : développer l’imagerie à haute résolution, outil de diagnostic de la rétinopathie diabétique

L’Institut de la Vision fait partie d’un réseau incluant le Centre d’Investigation Clinique de l’Hôpital des Quinze-Vingts et les services cliniques spécialisés en rétinopathie diabétique à l’Hôpital Lariboisière ou à l’Hôpital Avicenne, très impliqués dans le développement et la meilleure exploitation des techniques d’imagerie de la rétine.
Plus l’imagerie sera performante, plus le diagnostic des infimes atteintes rétiniennes sera précoce, avec un suivi précis de leur évolution sous traitement.
L’imagerie à haute résolution, qui permet actuellement de distinguer les cellules de la rétine de façon non invasive, peut aider à comprendre les mécanismes en cause dans les maladies de la rétine pour envisager des traitements qui, dans le futur, préserveront la vision des patients atteints de diabète.

Rédaction scientifiquement validée par l’Institut de la Vision.

*Source IVS, tranche d’âge 18-74 an, en 2006

Faire un don à la recherche : Institut de la Vision - Paris >>

En savoir plus sur les symptômes de la rétinopathie diabétique