La psychologie et la malvoyance

 

Dans la DMLA il faut perdre le réflexe de fixation pour obtenir un réflexe de néo-fixation : c'est-à dire que le patient doit apprendre à exploiter dans son quotidien une autre partie de son champ de vision, en substitution au champ de vision central devenu défaillant. Il faut que le patient investisse sur sa vision fonctionnelle. La plasticité neuronale est un facteur favorisant, c'est-à-dire la capacité du cerveau à s’adapter à des situations qui ne sont plus physiologiques, le facteur freinant est la notion de perte : le patient s’attache à récupérer quelque chose qu’il ne récupérera plus.
 

La recherche illusoire de ce qui est perdu ne doit pas empêcher de s’investir sur ce qui reste qui permettrait de reprendre pratiquement et bien souvent une vie normale. C’est cette acceptation de la perte qui permet la mise en place de la plasticité neuronale sous le contrôle des rééducateurs : les orthoptistes en particulier.
 

Il y a une démarche progressive pour que le patient accepte de trouver d’autres ressources.
Pendant que la personne va mûrir l’acceptation de la perte (deuil), le psychologue doit être très présent. Puis quand le patient commence sa réadaptation, le psychologue doit faire confiance à l’équipe de rééducation. Il est aussi recommandé de séparer la famille du patient qui pourrait freiner l’évolution de la réadaptation : l'assistance n'encourage pas l'autonomie.
 

 

Les informations fournies sur le site guide-vue.fr® sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.

Cet article a été rédigé par Le comité éditorial et mis à jour le 19/06/2012.